7, rue des Wallons 75013 PARIS

Panne moteur et vice caché – la plus-value de l’expert

Propriétaire d’une Renault Koleos d’occasion, achetée 12.000€ en mars 2014 chez un revendeur professionnel, M. Paul M.G. est confronté à une panne de moteur le 2 septembre 2014, quelques jours seulement après la révision de son véhicule. Imputée d’abord à une erreur d’huile, la défection résultait en fait de la désintégration d’un coussinet de bielle – ou ce qu’on appelle en langage courant « une bielle coulée ».
Renault Koléos vice caché moteur

Je rentrais d’un déplacement quand j’ai entendu des bruits, des cognements… je me suis arrêté et j’ai fait les vérifications d’usage mais rien n’était apparent. J’ai continué à rouler à vitesse très réduite jusqu’à ce que une alerte s’affiche sur le tableau de bord : « perte de pression d’huile, arrêt immédiat». Je me suis arrêté aussitôt et la voiture a été tractée jusqu’au garage.

Comme j’avais acheté un véhicule d’occasion, certes, mais en prenant une garantie 12 mois, j’étais relativement tranquille, je me disais « à la limite c’est pas à moi de savoir ce qui s’est passé, je confie mon véhicule, on le répare et je le reprends ».

Seulement, l’entretien ayant été réalisé dans un centre Norauto quelques jours auparavant, l’expert de la garantie commença par faire des analyses d’huile et conclut que l’huile n’était pas conforme ! Norauto contesta immédiatement les conclusions de l’analyse et mandata un expert. Le constructeur détacha également un technicien.

Jusqu’au démontage du moteur, on n’a pas eu la certitude que c’était un vice caché. Mais j’avais fait des recherches sur internet je m’étais aperçu que ce type de moteur souffrait de temps en temps du même problème que j’avais rencontré. J’ai donc continué mes démarches pour trouver une issue favorable. Mais ça n’aboutissait pas. Même un des responsables commerciaux m’avait dit : « prenez un expert, sinon vous n’allez pas vous en sortir ».

J’ai contacté M. Tourrette, expert auto indépendant situé près de chez moi. Le contact s’est fait facilement. Je suis allé le voir, il a très vite compris mon problème et c’est lui qui a véritablement donné le coup de fouet nécessaire pour faire avancer les choses.

Il connaissait parfaitement les procédures, les règles à suivre, le statut et les responsabilités de ses interlocuteurs. Il a su regrouper tout le monde au bon endroit au bon moment afin de débloquer la situation. Pour déterminer l’origine des dommages affectant le moteur, il a organisé une expertise contradictoire pendant laquelle on a pu constater que les coussinets de bielle présentaient des traces d’usure et que certains d’entre eux étaient même complètement détruits. Il a conclu à une défaillance des coussinets. Il n’y avait pas de défaut de lubrification !

Son intervention a été salutaire. Renault a accepté de payer 50% des frais de remplacement du moteur, estimés à un peu plus de 10.000€. Mais ce n’était pas encore fini ! Du côté de la garantie, ils voulaient appliquer une vétusté : « vous aurez 1200€ de frais à votre charge, vous comprenez, car vous repartez avec un moteur neuf et c’est très bien pour vous ». Sauf que je ne demandais pas de repartir avec un moteur neuf, mais qu’on répare mon véhicule et que ça ne me coûte rien ! Suite à une dernière intervention de M. Tourrette pour faire valoir mes droits, la garantie a finalement accepté de prendre intégralement en charge les 50% restants.

Au final, après quatre mois et demi d’immobilisation du véhicule et pas mal de tracas, il ne me restait que l’huile et les frais d’expertise à régler. J’aurais pu en avoir pour beaucoup plus cher, j’aurais même pu être contraint à me débarrasser du véhicule. Imaginez que l’assurance déclarait la voiture non réparable ou qu’on me donnait seulement 5000€ ! Il y avait un risque que ça me coûte très cher…

Maintenant, quand je raconte mes péripéties, j’explique à mon entourage que l’expert est à une procédure amiable ce que l’avocat est à une procédure judiciaire. Il faut savoir que l’expert auto indépendant peut régler à l’amiable un problème qui, une fois passé en juridique, peut durer longtemps et coûter très cher en frais de procédure. Il a un rôle de médiateur qui défend nos intérêts tout en nous faisant voir la réalité et la portée de notre réclamation.

Je suis personnellement très satisfait de l’ intervention de M. Tourrette. Il a réglé le problème vite et bien, en faisant valoir que, dans mon cas de figure, j’étais en droit d’obtenir une réparation intégrale du préjudice. Je le recommande sans hésitation !

Paul M.G., 58 ans, pilote de ligne