7, rue des Wallons 75013 PARIS

Les associations de consommateurs s’emparent de la cause des experts auto !

La Ligue Des Droits de l’Assuré (LDDA) et Familles de France (F de F), deux associations représentatives des Consommateurs, viennent de créer une association dénommée Groupe Conseil Auto-Réparateur Responsable – GCA2R, qui « a pour objet, conformément aux dispositions législatives et réglementaires, de fédérer en réseau les professionnels du secteur de l’automobile, notamment les carrossiers-réparateurs, réparateurs, experts en automobile, qui se veulent indépendants, en vue de la défense de leurs intérêts et du développement de leurs activités. »

Suite à la rencontre du 30 octobre dernier entre représentants du GCA2R et du SEI, le GCA2R a témoigné son soutien à la cause des experts auto dans une lettre adressée au président du SEI, Bernard Tourrette. Après le passage en revue des difficultés et problèmes que rencontrent quotidiennement les experts en automobile dans l’exercice de leur profession, le GCA2R est persuadé qu’il faut :

« 1. Rendre à l’expert en automobile sa vocation première qui est technique

L’expert en automobile est un spécialiste des véhicules à moteur. Ses compétences techniques lui permettent d’évaluer l’état général du véhicule accidenté et d’analyser les causes du sinistre. Par la suite il définit avec le réparateur une procédure de remise en état et établit le chiffrage des travaux de réparation à effectuer. Il assure le suivi des réparations, contrôle leur qualité vérifie les éléments de la facturation. Il rédige à titre habituel de rapports destinés à être produits à des tiers et relatifs à tous dommages causés aux véhicules à moteur ainsi qu’aux cycles et à leurs dérivés, Ces définitions sont aujourd’hui totalement d’actualité, il est l’homme de l’art qui se doit de connaitre les évolutions de la technique de construction et de réparation afin de guider le réparateur dans le processus de remise en état du véhicule.

2. Sur un plan réglementaire établir son indépendance dans toutes les activités où il intervient

En s’appuyant sur les bases de l’article L.326-6 1bis du code de la route : « Les conditions dans lesquelles un expert en automobile exerce sa profession ne doivent pas porter atteinte à son indépendance. » Les articles du code de la route relatifs à VGE doivent servir de socle pour élargir à toutes les activités de l’expert cette indépendance complète vis-à-vis de tout donneur d’ordre.»

Le CGA2R constate que « l’expert en automobile est utilisé par les Compagnies d’assurances selon un mode complètement étranger à son métier de base » qui « a pour conséquence de mettre en danger, à terme, la sécurité des automobilistes » . L’association fraichement créée conclut qu’ « il est devenu urgent de dire « STOP » et propose au SEI de « travailler à une collaboration », dans le cadre défini par ses statuts.

Articles associés